Histoire et objection de l'association

La chiroletzebuerg, l’association des chiropracteurs luxembourgeois, a été créé en 2004, et a pour objet l’étude, la protection et le développement des intérêts professionnels chiropratiques, collectifs et individuels, de ses membres en ce compris leur représentation auprès des pouvoirs publics. Et tenter d’établir des contacts pour faire reconnaitre la chiropraxie au Luxembourg, ainsi que protéger la profession. Ce qui a notre sens, est très important, pour protéger le public de faux profils existants, ainsi que de légitimer la chiropraxie, comme c’est le cas dans tous les pays limitrophes au Luxembourg.

La Chiroletzebuerg aussi regroupe et fédère les chiropracteurs de Luxembourg. Profession unifiée au niveau international, la chiropraxie est la première profession de la santé à avoir obtenu la norme européenne CEN (comité européen de normalisation).

La profession chiropratique est également très intéressée par les travaux de l’Organisation mondiale de la santé dont elle partage une vision commune de la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social ».

La Chiroletzebuerg est membre de la ECU, (Union européenne des chiropracteurs), qui est la fédération des 23 associations nationales de chiropractie européenne, regroupant près de 6000 chiropracteurs. Elle a pour but de promouvoir la profession de chiropracteur en Europe à travers de l’aide et des facilités pour la recherche, l’éducation et la représentation politique.

La chiropraxie

Définition de l’OMS : « Profession de santé qui s’intéresse au diagnostic, au traitement et à la prévention des désordres du système neuromusculosquelettique, ainsi qu’aux effets de ces désordres sur l’état de santé général. L’accent est mis sur les traitements manuels incluant les ajustements articulaires et/ou techniques de manipulation avec une attention particulière sur la subluxation. Elle permet de rétablir et maintenir la santé ».

La chiropraxie est une profession de santé manuelle de référence pour la détection, le traitement et la prévention des troubles neuro-musculo-squelettiques. La chiropratique est la première profession manuelle de santé au monde, et la troisième profession médicale après la médecine traditionnelle et la médecine dentaire, pourtant elle est très peu connue au Luxembourg. La World Fédération of Chiropractic (WFC), regroupant les associations de chiropracteur à travers 92 pays, est partenaire officiel de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis le 13 janvier 1997.

Les traitements chiropratiques ne se focalisent pas uniquement sur le symptôme ou la douleur principale, mais il s’agit d’une approche globale permettant de trouver et traiter la cause exacte du problème.

Les multiples techniques utilisées par le chiropracteur permettent de s’adapter à chaque patient, ainsi la chiropraxie est indiquée pour tous sans distinction d’âge.

La chiropraxie se base sur les facultés de récupération du corps humain et sur la conception du fonctionnement globale de l’organisme. A travers ses traitements, le chiropracteur stimule le système nerveux, optimise le fonctionnement de l’appareil locomoteur et de l’organisme.

Formation

Des normes internationales communes en éducation ont été obtenues grâce à un réseau d'organismes d'agrément qui a commencé avec le Conseil en Education Chiropratique Américain (CCE), reconnue par l'Office américain de l'éducation depuis 1974. Ces agences sont désormais représentées par les Conseils Education Internationale Chiropratique (CCEI).

Les conditions d'admission varient selon les pays. Le  programme professionnel en Education Chiropratique  totalise 5 ans minimum à plein temps (dont une année de clinicat), et se traduit par un Doctorat de premier cycle ou un Master dans de nombreux pays. Une  formation post graduée peut aboutir à des spécialisations dans des domaines variés tels que l'orthopédie, la pédiatrie, la neurologie, la radiologie, la réhabilitation et le sport en chiropratique.

Au départ  la plupart des chiropraticiens furent diplômés de collèges nord-américains. Il existe maintenant des institutions d’enseignement en Australie, Brésil, Canada, Danemark, France, Japon, Corée, Mexique, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, l'Espagne et le Royaume-Uni ainsi que les États-Unis. Selon la réglementation de l’enseignement des différents pays, l'enseignement chiropratique se trouve être affilié au sein du système universitaire (la plupart des pays) ou alors dans des collèges privés. Les collèges sont en cours d'élaboration dans plusieurs autres pays (Argentine, Chili, Chine, Italie, Suisse et Thaïlande).

Histoire de la chiropratique

  • D.D. Palmer s’installe comme “chiropraticien”.
  • La Palmer School of Chiropractic, est la première institution d’enseignement chiropratique qui ouvre ses portes.
  • L’état du Kansas est le premier état américain qui reconnaît et autorise l'exercice de la chiropratique.
  • Le canton de Zurich, en Suisse, devient la première juridiction en dehors de l'Amérique du Nord à autoriser la pratique de la chiropratique.
  • La Fédération mondiale de Chiropratique (FMC) est constituée. La FMC, dont les membres sont des associations nationales de chiropraticiens dans plus de 85 pays, est admis à des relations officielles avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une organisation non gouvernementale ou ONG en Janvier 1997.
  • L'OMS publie des lignes directrices de l'OMS sur l'entraînement de base et la sécurité en chiropratique, en recommandant des normes éducatives pour la reconnaissance et la réglementation de la chiropratique dans tous les pays membres. En 2009, elles sont imprimées en arabe, chinois, anglais, finnois, français, allemand, indonésien, japonais, coréen, portugais, espagnol et turc.
  • Publication du rapport 148A du KCE : État des lieux de l’ostéopathie et de la chiropraxie en Belgique. Sur base de ces recherches, le KCE reconnaît l’efficacité de la chiropraxie pour les douleurs du dos et de la nuque, et déclare qu’il existe des « preuves scientifiques modérées » que les interventions manuelles pour les douleurs du dos et de la nuque sont meilleures que l’approche classique du médecin généraliste. Il ressort de l’étude du KCE que 90 % des patients qui consultent un chiropracteur sont satisfaits des soins reçus. De plus, cette étude montre que 85 % des patients qui consultent un chiropracteur entament justement cette démarche pour des douleurs du dos et de la nuque. La reconnaissance du KCE concernant l’efficacité de la chiropraxie dans le traitement des douleurs du dos et de la nuque est un pas important pour la reconnaissance de la profession.

Membres de l'association

Sandy Dargère

Président

Marie-Christine Cousin

Trésorière

Hazel Teferle

Secrétaire

Lucas Bernard

Cédric Cousin

Claire Hagen

Scott Oliver

Nathalie Sion

Camilia Vetter

Ce qu’il faut savoir du chiropractor

  • Le chiropractor est un spécialiste des problèmes de dos et de nuque.
  • L’efficacité de la chiropraxie est scientifiquement prouvée pour le traitement des douleurs de la nuque et du dos.
  • Le traitement proposé par un chiropractor est sûr.
  • Les chiropractors ont suivi une formation universitaire.
  • Dans de nombreux pays européens, la chiropraxie fait partie intégrante du système de soins de santé.
  • Le craquement entendu lors du traitement est dû au vide créé dans l’articulation qui émet un gaz.
  • Le niveau de satisfaction des patients suite à un traitement par chiropraxie est de l’ordre de 90 %.
  • La chiropraxie est partiellement remboursée par les assurances privées.